Archives du tag : Vouvray

Le chenin dans tous ses états

Le 24 novembre dernier se tenait le premier salon des Grands Vins Blancs de Loire à Paris. Toutes (ou presque) les appellations ligériennes étaient représentées par une bonne cinquantaine de vignerons prestigieux.

3ème grand région viticole française, le Val de Loire s’étend du vignobles nantais jusqu’à l’Orléanais et le Centre-Loire, le long de la plus longue route des vins de France. Il est également le 1er producteur de vins blancs d’AOC de France, et peut s’enorgueillir de terroirs exceptionnels  donnant naissance à de très grand vins blancs, à la Qualité et au potentiel de garde encore bien trop sous-estimé, principalement issus de Chenin, de Sauvignon Blanc et de Melon de Bourgogne.

Le Chenin, déjà mentionné en Anjou en 1496 comme « plants d’Anjou » est aussi appelé « pineau de la Loire ». Ce véritable « passeur de terroir » se décline en sec, doux en liquoreux de grande garde. A l’heure où le cabernet gagne du terrain en Loire, notamment pour l’élaboration des rosés qui représentent aujourd’hui près de 50% de la production, il est important de rappeler la grandeur et la diversité d’expression de ce cépage. Les 5 vins suivants en sont la parfaite illustration.

Le Saumur Brut de chez Bouvet Ladubay est un 100% Chenin. Joli vin pétillant, bien fait, exprime d’élégantes notes florales. Riche et ample, s’appuyant sur un dosage modéré (10g/l) et issu de rendement importants, c’est un vin de plaisir agréable et sans prétention.

Le Vouvray sec du Château Gaudrelle 2012, issu d’un de vignes de 25 à 50 ans sur un terroir argilo-calcaire orienté sud, en pente, et parcouru de petites vallées propices à la bonne circulation d’air, exhale de subtiles notes de fleurs blanches et de tilleul. C’est un vin qui appelle la table par sa sapidité.

L’Anjou Blanc Les Gâts 2012 de Patrick Baudouin offre un superbe nez sur le lilas et l’empyreumatique. On est totalement dans l’esprit des grands rieslings alsaciens. La malolactique non provoquée lui apporte ampleur et gras. C’est très beau.

Le Saumur Brézé Le Clos des Carmes 2010 de Guiberteau est superbe. Le nez est intense, sur des notes de pierre à fusil, de fumé et de fleurs blanches. La bouche est saline et la finale très longue. Grand Vin.

Le Savennières sec Le Bel Ouvrage 2008 de Damien Laureau se pare d’une belle robe jaune d’or. Les notes de prune, de caramel et de miel sont très présentes au nez. L’acidité naturelle du chenin dans ce millésime frais dialogue parfaitement avec le gras et la souplesse du vin.

Pour clore ce tour d’horizon des Chenin de Loire, un grand liquoreux, le Quart de Chaume Grand Cru 2011 du Château Pierre Bise. La couleur or foncé / caramel est superbe. Le nez est séduisant sur des notes de miel et de fruits confits. Mais c’est en bouche que cette bouteille est stupéfiante. Pensez ! 200 g de sucre résiduel sur des notes de coing mûr, de miel, et aucune saturation. Pire, on en redemande !

Les passionnés de chenin en plein travail ..
Les passionnés de chenin en plein travail ..

Les vins issu du Chenin sont multi-facettes, véritables miroirs de leurs terroirs, qu’ils soient vinifiés en secs ou en liquoreux. Les rapports qualité prix encore excellents, en font des « must-have ». Alors laissez-vous porter par les découvertes de ces grands vins à Vouvray, Saumur, ou aux portes d’Angers. Vous y reviendrez, assurément.

Publié dans Actualité, Les vins | Tagué , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Le chenin dans tous ses états

Accords et à cris .. au Cristal de Sel

Le Cristal de Sel est situé rue Mademoiselle dans le 15ème arrondissement, à deux pas de la très animée rue du Commerce. Aux manettes, Karil Lopez qui a fait ses classes chez Michel Rostang et au Bristol. En salle, Damien préparait les vins que nous avions apportés.

Début des festivités avec un gewurztraminer 2005 cuvée Théo des sœurs Faller (domaine Weinbach). Sur des notes persistantes de litchi et de fruit exotique, le vin est à la fois rond et frais, sans avoir l’allonge, la vivacité et la fulgurance des plus grandes cuvées du domaine.

Gewurztraminer Weinbach cuvée Théo 2005

L’accord avec le croustillant de gambas à la coriandre sauce aux épices tandoori manque de tension. C’est avec le vin de table de France blanc 2005 de chez Philippe Jambon que l’accord va petit à petit prendre corps. La robe est jaune assez évoluée, l’attaque est vive, mais dans un premier temps, le vin s’effrondre littéralement en bouche. C’est avec les minutes, qu’il va gagner en épaisseur et en ampleur, tout en gardant son acidité et sa force aromatique (acacia, sureau) pour se marier avec justesse au moelleux des gambas et aux épices tandoori.

Vin de table de France Philippe Jambon la grande bruyere blanc 2005

L’accord avec le sablé parmesan et saumon fumé ficelle, ananas et fenouil, s’annonce compliqué tant le plat est multidimensionnel (trop peut-être ..) : acidité du saumon fumé, sucre de l’ananas, salé du sablé parmesan, aromatique du fenouil et de la crème de raifort. Le premier vin à tenter le ballet est le vouvray sec 2006 de chez Huet. Le nez est discret, sur des notes d’agrumes. En bouche, superbe acidité et belle finale amer qui relance le vin. Le vin est cependant dominé par le plat. Vient ensuite le Vin de Pays du Loir et Cher de Julien Courtois, cuvée Esquiss’98. Surprenant au premier abord, oxydatif, sur des notes empyreumatiques marquées (caramel), il parvient à équilibrer la puissance du plat.

Sablé parmesan Huet Courtois

Les rouges ont pour mission de tenir le crachoir à la côte de cochon ibérique, salsifis au parmesan, purée d’héliantis jus corsé.

Avec un nez discret, une élégance, un équilibre, une fluidité et une délicatesse sans égal, le Fonsalette 2000 relève le défi à merveille ! Doté d’une mâche très marquée que contrebalance heureusement une acidité bien présente, ainsi que de jolies notes épicées et de cacao, le vin de table Terre Inconnue cuvée Los Abuelos 2005 est superbe, mais un poil trop musclé au regard de la cote de cochon.

Fonsalette 2000 Terre Inconue 2005 Los Abuelos

Le plateau de fromages se voit offrir un partenaire des plus originaux : un vin de pays de l’Hérault blanc de Léon Barral 1999. La robe foncée, presque caramel annonce un nez oxydatif assez prononcé. En bouche c’est fluide, presque trop. Le manque de tension qui équilibrerait les pâtes dures du plateau de fromage se fait cruellement ressentir.

Leon Baral blanc 1999

Pour terminer la soirée, un biscuit aux noix, crème de citron jaune, compote de datte et sorbet noix engage une discussion des plus agréables avec le Rivesaltes 1976 cuvée Aimé Cazes.

Rivesaltes Aimé Cazes 1976

Le Cristal de Sel
13 rue Mademoiselle
75015 PARIS
Tél : 01 42 50 35 29
http://www.lecristaldesel.fr/

Publié dans Au restaurant | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Accords et à cris .. au Cristal de Sel